Quand la terre cuite s’affiche en façade

Quand la terre cuite s’affiche en façade

Ce n’est pas pour rien que l’on surnomme souvent la toiture la cinquième façade. Selon les modes et les périodes, elle est soit cachée, soit magnifiée, soit fondue dans le décor. À l’heure actuelle, le toit devient un élément d’architecture à part entière, jusqu’à reprendre les codes esthétiques de la façade… à moins que ce ne soit l’inverse! En effet, le goût des architectes a toujours plus tendance à jouer avec les matériaux de couverture pour les faire « glisser » en façade des toitures en pente… que cela produise un effet abrupt de séparation entre toiture et façade ou au contraire une continuité visuelle, les éléments de couverture ne s’arrêtent plus aux limites du toit. Si ce phénomène peut paraître assez courant pour des composants métalliques comme le zinc ou l’alu, il s’affirme de plus en plus pour d’autres matériaux moins habituels en façade, tels que la terre cuite. Sous forme de tuiles classiques ou bien façonnée dans une configuration spécifique, elle offre de bonnes caractéristiques techniques en plus de la multiplicité d’options esthétiques possibles. Et les architectes ne s’y trompent pas. Petit florilège au fil des pages suivantes.

Bois et terre cuite pour lotissement alsacien

Maisons individuelles, jumelées ou groupées, habitat collectif… c’est un vaste programme de construction qui est sorti de terre à Colmar (68). Ce véritable nouveau quartier de 180 logements intitulé Croix-Blanche a vu le jour en bordure de l’agglomération, non loin de l’hôpital Louis-Pasteur, à l’ouest de la préfecture du Haut-Rhin. Initié en 2017, ce projet s’affiche comme le plus important programme d’urbanisation d’origine municipale depuis une quinzaine d’années et trouve sa source lors de la vente par la ville, en avril 2017, des 4,4 ha de terrain au duo Nexity Foncier Conseil-Sovia. Et à l’instar de tout projet immobilier récent créant un nouveau lotissement, les logements présentent, en toute logique, une architecture similaire. Tous ? Pas exactement. Pour son petit lot de pavillons en bande, le CMiste Maisons Brand a volontairement choisi de se démarquer, non pas par la forme des maisons individuelles, mais plutôt par leur enveloppe. En charge du dossier, le cabinet Pircher & Architectes a en effet imaginé un bardage mixte associant du bois et des tuiles en terre cuite : une manière fort subtile de faire autrement et de délimiter les différentes zones d’habitation. De fait, la terre cuite réussit une nouvelle fois à s’imposer au sein d’un programme contemporain et dans des constructions dotées uniquement de toitures-terrasses…! Ainsi, sur quatre habitations, une façade de tuiles noires accompagne les visiteurs jusqu’au bardage bois qui conduit à l’entrée de la maison. Au total, ce sont quelque 20 m2 de tuiles qui ont été posés à joints croisés sur chaque mur, soit une surface de 80 m2 au total. C’est la référence Beauvoise Graphite Huguenot d’Edilians qui a été retenue pour ce projet. Il s’agit d’une tuile petit moule à pureau plat et double emboîtement de 32,2 x 23,5 cm, qui a été installée par les établissements Jaeger Toitures, basés à Elsenheim (67). L’aspect imitation ardoise est du plus bel effet, et a d’ailleurs d’emblée séduit les acquéreurs puisque les quatre logements ont déjà été vendus.

Brice-Alexandre Roboam